Dans le cadre des activités culturelles de l’ABCDE, le Dr Claude GADBIN-HENRY, a tenu à Blieux,

le 24 août 2018, une conférence intitulée « les arbres nous racontent l’histoire »

Comme d’habitude la salle de l’école était comble.

Nous avons appris comment l’étude de la croissance des arbres forestiers, permet de découvrir l’histoire de leur environnement proche par l’analyse des cernes de croissance, cette science qui s’appelle la Dendrochronologie nous :

*révèle l’histoire des hommes vivants à proximité (constructions, pâturages, élevage, débroussaillages, feux…)

*informe sur les variations passées du climat et participe à la construction des modèles prévisionnels d’évolution climatique…

*donne un outil de datation qui informe sur les usages passés du bois, permet d’authentifier certaines œuvres d’art, détecter les falsifications,

ou reconstruire à l’identique des constructions passées (restauration-archéologie)

L’exposé a été riche en questions, mais une d’elles, soulevée par notre ami François ESTÈVE, n’a pas trouvé de réponse,

c’est pourquoi je joins ci-dessous la réflexion de notre conférencière  et les sites à consulter:

  Jean Pierre,  je ne voulais pas t'envoyer un résumé mais plutôt une réflexion sur notre débat , inachevé, autour des "mouvements des arbres"

NB je ne connais pas le nom du forestier qui les faisaient "tourner," tu peux le mettre dans le texte si tu veux, mais il n'avait pas complètement tort!

PJ :le texte, que tu peux raccourcir ou modifier si tu veux ?


Il était une fois … dans le beau village de Blieux, une sympathique rencontre vers la fin de l’été. Nos échanges passionnants,

s’égarèrent dans une impasse les «mouvements» des arbres

Un observateur averti, connaisseur des arbres forestiers dit alors : « Ils bougent » : Il évoquait une croissance en spirale, qui faisait « bouger et tourner » les arbres,

et non de mouvements passifs provoqués par les vents… Que répondre? Ce que l’on sait de ces géants végétaux : ils sont immobiles… Depuis ce jour,

cherchant des réponses à ce mystère … qui seront moins poétiques mais plus scientifiques !

Je vous les dédie en souvenirs de nos échanges amicaux et passionnants

Claude

Ref : http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/mouvements/index.htm

http://www2.cnrs.fr/presse/communique/2913.htm?debut=16&theme1=4:

A chaque instant, les plantes effectuent des mouvements imperceptibles qui leur permettent de se maintenir debout. Elles sont soumises en effet

au double défi de la gravité et du vent, et elles ne peuvent rester droites que par un contrôle actif


Pour conserver leur port érigé, les plantes terrestres doivent en permanence réagir activement aux perturbations liées à l'augmentation

de leur masse ou à des variations d'inclinaison de leur ancrage (verse, terrains en pente). Ce contrôle postural est rendu possible

par des mouvements actifs, sous l'effet moteur de la croissance différentielle ou de bois de réaction (2).

Sa réussite est très importante pour la plante, mais aussi pour ses usages forestiers (défauts de forme des troncs et de qualité du bois).

Etudiés depuis Darwin et connus sous le nom de gravitropisme, les mécanismes de contrôle de ce mouvement actif sont encore mal connus.

(2)Le bois de réaction est un bois qui permet la motricité des parties ligneuses des arbres. Lorsqu'un secteur de bois de réaction se forme,

il agit donc comme un hauban internequi se met en tension et permet à l'arbre de se courber activement.

Sa formation est régulée par la plante en fonction des perceptions qui sont étudiées dans le présent travail.

* Ref : http://bernardschaeffer.canalblog.com/archives/2008/07/05/9820721.html

**Pour en savoir plus : sur la croissance des bois de réaction : ou « comment bougent les arbres »

https://tice.agroparistech.fr/coursenligne/courses/MASTERFAGESPECIALITE/document/UE938_Biomecanique2014.pdf

http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/mouvements/index.htm